FR EN

ŒUVRE PERMANENTE
 

Visite orale par "(extern)Mathieu Copeland,":http://www.
fraclorraine.
org/residence/3/ critique d'art et commissaire indépendant

pdf/Biographie-Mathieu-Copeland.pdf

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
 

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais.
Si je veux l’expliquer à qui me le demande, je ne le sais plus.
 »
Saint Augustin, Les Confessions

Pour Ian Wilson, tout art est information et communication.
Dès la fin des années 1960, il a donc abandonné la réalisation d’œuvres plastiques minimalistes pour élaborer des « discussions » qu’il met en œuvre dans des musées, galeries ou chez des collectionneurs.
Il nous invite ainsi à aborder un sujet philosophique en nous incitant à nous interroger sur un mot extrait du quotidien.

Time est la description orale d’un acte de parole.
L’œuvre existe par la curiosité que ce mot éveille en nous et dans le dialogue oral que nous initions – pour la satisfaire – avec les médiateurs présents :
- « En quoi consiste Time ? »
- « C’est le mot temps parlé »

~Ian Wilson~
~Né en 1940 en Afrique du Sud.
Vit et travaille à New York (US)~

Ian Wilson

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
 

Comment répondre aux éternelles questions liées au temps, à la vérité, à la dématérialisation et à la réinterprétation des pièces artistiques ?
Mario Garcia Torres s’inscrit dans la lignée évidente des artistes conceptuels et néo-conceptuels mais il en revisite les discours et les fondements avec un léger décalage ironique qui donne à son travail toute sa pertinence et sa saveur.

Avec cette intervention qui prend la forme d’une simple ligne dans la liste des œuvres de l’exposition, l’artiste revient à l’essentiel.
La « Pièce manquante » est celle qui n’a pas besoin d’être matérialisée mais dans laquelle coexistent potentiellement toutes les œuvres passées, présentes et futures.
Celle que l’on cherche et celle que l’on désire, celle qui manque à toute collection : le chef-d’œuvre ?

~Mario Garcia Torres~
~Né en 1975 à Mexico (MX).
Vit et travaille à Los Angeles, Californie (US)~

Mario Garcia Torres

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
event.oeuvreimage_set.all.0.name  

Celui qui voit comprendra.
Réservée à quelques spectateurs puisqu’elle n’est visible que depuis le haut de la tour pigeonnier du 49 Nord 6 Est, cette pièce monumentale est à l’échelle du paysage.
Elle vient s’inscrire sur un grand mur aveugle au fond d’un espace abandonné comme le premier plan d’un décor à la dimension de la ville : au loin, des bâtiments, la cathédrale, quelques usines et encore plus loin, les collines.
L’écriture noire et blanche tranche du fait de sa dimension : de longues lettres effilées comme des couteaux.
Elle tranche enfin et surtout par sa signification.

À celui qui s’en donne la peine, le sens saute à la figure.
« Comment pouvez-vous dormir ? » sonne comme une injonction générale face à nos aveuglements volontaires.

Avec ses wall paintings en forme de déclarations et de prises de positions, Tania Mouraud questionne l’acte de voir.
Elle détourne le décoratif ; il devient engagement.

~Tania Mouraud~
~Née en 1942 à Paris (FR).
Vit et travaille à Paris (FR)~

Tania Mouraud

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
event.oeuvreimage_set.all.0.name  

« Nous situons l'architecture au plus bas niveau du monde, dans la matière et la pesanteur, sous les variations du climat et le passage du temps, engagée dans des relations physiques, chimiques, biologiques, électromagnétiques avec l'environnement et notre corps.
Une architecture de l'immanence, qui accepte son rang matériel, son interdépendance aux conditions extérieures comme une modalité.
 »

Au premier étage du 49 Nord 6 Est, la peinture industrielle qui recouvre murs et plafonds des salles d’exposition et des espaces de passage contient une infinitésimale dose de gingembre ; au second, c’est une dilution de fleur d’oranger.
_La Peinture Placebo ©_ ne se distingue ni par sa couleur, ni par son odeur.
Elle qualifie simplement (?) et psychologiquement les espaces en dehors de toute représentation visuelle ou plastique.

Conscients ou non de la présence d’endomorphines dans son environnement, le visiteur ne peut s’y soustraire physiquement : le premier étage est chargé d’érotisme ; le second relaxant.
Seulement une question de croyance et de disposition d’esprit pensez-vous ?

"(pdf)peinture placebo":/media/pdf/peinture_placebo-FR.
pdf

~Décosterd et Rahm, associés~
~Agence fondée par Philippe Rahm et Jean-Gilles Décosterd : 1995 - 2004~

pdf/peinture_placebo-GB.pdf

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
event.oeuvreimage_set.all.0.name  

_Forever_ existe de par la convention qui lie l’artiste au Frac Lorraine.
Elle prend la forme d’une webcam installée dans l’une des salles d’exposition du Frac et qui permet, potentiellement à l’artiste, d’observer en continu et «  à jamais  » ce qui s’y passe, ou ne s’y passe pas.

Deux questions prinicipales sont donc soulevées :
• que signifie «  à jamais » à l’échelle de vie et d’envie d’une artiste, d’une institution, d’une œuvre d’art ?
• une œuvre peut-elle agir sur l’habituelle chaine de relations « artiste > œuvre d’art > institution > public » pour l’invertir en « public > institution > œuvre d’art > artiste » ?

Avec _Forever_, c’est l’institution et les récits qu’elle produit (d’ordre personnel, institutionnel et public) qui deviennent l’objet de l’œuvre d’art.
Le public a accès à ces récits visuels sur le journal on-line de l’artiste (http://doragarcia.
net/inserts/forever/) et également par une série de livres (5 entre 2004 et 2012) reliés dans un même volume.

~Dora García~
~Née en 1965 à Valladolid (ES).
Vit et travaille à Barcelone (ES).
~

Dora García

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
event.oeuvreimage_set.all.0.name  

Pourquoi inclure la signalétique dans les œuvres de la collection ? Tout simplement car la réflexion menée en étroite collaboration avec le collectif de graphistes suisses re-p.
org depuis 2003 fait intrinsèquement parti du projet artistique du Frac.
La signalétique prend le contrepied de l’architecture et de l’aspect patrimonial du lieu.
À l’intérieur, elle est pensée au sol sous la forme de bandes podo-tactiles qui permettent aussi l’orientation des visiteurs malvoyants.
À l’extérieur, elle s’affiche sur la tour-pigeonnier (nom du bâtiment : 49 Nord 6 Est ; liste des artistes de la collection) et permet d’inscrire l’édifice dans ses nouvelles fonctions (présentation de la création contemporaine) et de le positionner dans la ville selon une nouvelle géographie et une nouvelle temporalité.

Dans la rue des Trinitaires donc, sur un des murs de la tour-pigeonnier, on peut lire une liste de noms inscrits au lait de chaux.
Il s’agit de l’inventaire exhaustif des artistes entrés dans la collection.
Il révèle, derrière ce massif écran de protection, l’espace de la réserve : ce sanctuaire où les œuvres sont conservées et sauvegardées, ad vitam eternam.
Mais l’éternité n’est pas plus promise aux œuvres qu’aux humains, et c’est à ce paradoxe que renvoie ce mur dont les écritures sont vouées à disparaître, soumises comme elles sont à l’usure du temps et aux dégradations volontaires ou accidentelles inhérentes à l’espace public.
Un effacement et une disparition progressive qui témoignent de la volonté du Frac de rappeler la nature temporaire et réversible de son inscription dans ce bâtiment patrimonial riche en histoires.

re-p.
org a également conçu l’identité visuelle de l’institution et réalise l’ensemble des éléments de communication et les publications du Frac.

http://www.
re-p.
org

Le projet de signalétique et d’identité visuelle a été réalisé dans le cadre d’une commande publique de la Délégation aux arts plastiques - Ministère de la Culture et de la Communication.

~re-p.
org,~
~Bureau créé en 1998 par Nik Thoenen et Maia Gusberti~

re-p.org,
Nik Thoenen et Maia Gusberti

MORE INFORMATION

ŒUVRE PERMANENTE
event.oeuvreimage_set.all.0.name  

« 49.
PALINDROME / De droite à gauche, livier se lit reivil, mais sur la plaque de marbre fichée au sommet du portail, des lettres sont effacées, ou se déplacent sous les jeux de la lumière, de l’ombre et puis du temps : on lit maintenant réveil.
 »

En mai 2004, le Frac s’installe dans l’ancien Hôtel Saint-Livier – devenu depuis 49 Nord 6 Est, selon ses coordonnées géodésiques - un des plus anciens bâtiments civils de la ville de Metz.
Cet emménagement mettant fin à près de vingt ans de nomadisme a été l’occasion de recherches sur l’histoire et le vécu de ce lieu, confiées non pas à de savants historiens, mais à un auteur tout aussi documenté et maniant assurément mieux l’humour.
Thierry Hesse nous propose donc un « historique officiel » placé sous l’égide de la création qui fourmille d’anecdotes, d’interprétations et de faits avérés, où tout est vrai bien sûr mais peut être faux, où le doute est permis voire exigé.

"(pdf)Roman - short cuts":/media/pdf/roman_-_short_cuts.
pdf

~Thierry Hesse~
~Né en 1959 à Metz (FR) où il vit et travaille.
~

pdf/roman_-_short_cuts.pdf

MORE INFORMATION

 CALENDAR
 

  JULY 2019  

M T W T F S S
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
 NEWS
 

Exhibition / March 01 – June 02, 2019 at Frac /Présences Voyageuses /Degrés Est : Silvi Simon Openings / February 28th / 7pm

 

Le Frac à Metz Plage | 23–24–25 juillet de 14h00 à 17h00 /Atelier Mondes & Désordre | 6 > 12 ans

 

FRAAAAAC pour les kids | 27 Juillet à 16h au Frac, gratuit /Visite à Petits pas ! 3>5 ans