FR EN

CONCERT

SAMEDI 19 FÉV 2011, 19H
49 NORD 6 EST - FRAC LORRAINE - METZ (57)

Au-delà des limites du temps

Concert sans applaudissements par Jean-Claude Eloy (composition, diffusion) & Éric Cordier (assistant)

Gaku-no-Michi

Pièce de 4 heures avec introduction préalable de 30mn (18H30) et prolongation.

C’est à une véritable expérience de la durée que nous invite la musique de Jean-Claude Eloy. Formé auprès des grandes figures de la composition européenne du XXème siècle, il s’ouvre à la fin des années 1960 à l’influence des cultures d’Asie. Son œuvre synthétise de manière singulière des traditions musicales diverses, bousculant nos habitudes d’écoute.
Continue et sans aucune interruption, la pièce pour sons électroniques et concrets Gaku-no-Michi nous entraîne dans l’immobilité et dans une perte de conscience de l’écoulement temporel. Allongé dans l’obscurité, on pénètre dans une autre dimension…

——————————

Jean-Claude Eloy
(Compositeur français, né en 1938)
Il a étudié au CNSM de Paris où il obtint les Premiers Prix de Piano, Musique de Chambre, Contrepoint, Ondes Martenot, et a travaillé la composition dans la classe de Darius Milhaud. Il a suivi les cours d’été de Darmstadt (Pousseur, Scherchen, Messiaen, Boulez, Stockhausen), et a été étudiant dans la Master Class de composition de Pierre Boulez à l’Académie de Musique de Bâle (1961–63).
Les œuvres de Jean-Claude Eloy ont été présentées dans le monde entier. Elles ont été dirigées par Pierre Boulez, Ernest Bour, Michael Guilen, Bruno Maderna, Diego Masson, Michel Tabachnik, Arthur Weisberg, et d’autres… Il a vécu aux Etats-Unis (professeur à l’Université de Berkeley dans les années soixante), en Allemagne (invité des studios du WDR de Cologne, de la Technische Universität de Berlin, artiste en résidence du Berliner Künstlerprogramm), en Hollande, au Japon (où il a entre autres collaboré avec NHK et le Théâtre National du Japon). Il présente ses œuvres dans de nombreux festivals internationaux (en Europe principalement, mais aussi en Asie, aux Etats-Unis, au Canada, en Amérique Latine) comme « projectionniste-son » pour ses œuvres électroacoustiques, et avec les solistes interprètes directement associés à ses compositions : Fatima Miranda (vocaliste), Yumi Nara (soprano), Michael Ranta (percussionniste), Junko Ueda (chanteuse de Shômyô et joueuse de Satsuma-Biwa), Kôshin Ebihara et Kôjun Arai (moines Bouddhistes chanteurs), Mayumi Miyata (joueuse de Shô), etc…

” ... Compositeur solitaire ayant réussi une des synthèses les plus significatives dans la musique du XXème siècle (électronique et acoustique, mais encore traditions non-européennes et tradition occidentale), Jean-Claude Eloy pose et résout dans ses œuvres de façon convaincante un des problèmes essentiels de notre temps : la relation à l’autre, à l’étranger, au différent, non pas en tant qu’objet de curiosité, d’admiration ou de soumission, mais en tant que source vitalisante de l’inspiration créatrice”.
The New Grove Dictionary of Music, 1998, Dr. Ivanka Stoïanova

Éric Cordier
(Né en 1963)
Il est titulaire d’un DEA en esthétique (musique, vidéo et philosophie), Université Paris I, 1994 et d’un doctorat de science des religions, École Pratique des Hautes Études, 2002. En art, il a été l’élève de Michel Journiac, Costin Miereanu, Anne-Marie Duguet.
Plasticien et musicien (improvisateur et compositeur de musique électroacoustique), il mène plusieurs projets à la frontière des deux domaines réalisant des environnements sonores et des performances. Ces dernières ont repris en se focalisant sur le corps, la parole et l’interface homme-machine (Compilation Shambala “Ramper, c’est voler”). Le prolongement actuel en est la Cie Pordurière.
En musique, il manie un instrument singulier : la vielle à roue dans une interaction avec des traitements électroniques. Son approche de l’instrument se fait uniquement dans le cadre de l’improvisation libre, ce qui ne veut pas dire que la musique produite doive ressembler à de la musique dite “improvisée”. Frileux quant aux rencontres éphémères, il privilégie les expériences dans la longue durée en menant des projets aux caractéristiques bien distinctes. Il est moins un improvisateur au sens classique du terme que le membre de différents groupes d’improvisation.
Il a été technicien son à Grame et sur des tournées de The Grief, et a fait partie de l’équipe technique et de programmation du festival Tramway (Rouen).

——————————

Note donnée aux auditeurs lors du concert Gaku-no-Michi au Planétarium de Montréal (Canada) en 2006

« Ce concert se déroule sans aucune présentation parlée et sans applaudissements. Le concert Gaku-no-Michi est précédé et suivi, dans la continuité, par des sons d’introduction et de prolongation, peu intenses, peu actifs, qui créent un environnement sonore, anticipent ou poursuivent l’action sonore de l’œuvre. Gaku-no-Michi se termine par un son prolongé à l’infini, de caractère contemplatif, qui peut être écouté aussi longtemps que désiré. Pendant ce son, les auditeurs qui souhaitent partir sont invités à quitter la salle à n’importe quel moment, mais en évitant aimablement de perturber ceux qui veulent écouter ce son plus longuement. Les sons de prolongations seront maintenus jusqu’au vide complet de la salle ».

Share
 CALENDRIER
 

  FÉVRIER 2011  

L M M J V S D
31 1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 1 2 3 4 5 6
 NEWS
 

Visite à petits pas dimanche 20 novembre à 15h et Visite-atelier Sequins, Lune et vaudou samedi 26 novembre à 15h

 

Visite subjective mercredi 30 novembre à 18h30

 

Visite interprétée en LSF dimanche 4 décembre à 15h

 

Atelier La guerre des napperons samedi 10 décembre à 14h30