FR EN

RENCONTRE

18 MAI - 18 MAI 2021
49 NORD 6 EST - FRAC LORRAINE - METZ (57)

À plusieurs - Prise de position du 49 Nord 6 Est -Frac Lorraine

Un des artistes invités à participer à l’exposition de groupe À plusieurs a exprimé son souhait de quitter l’exposition et de ne plus être nommé dans ce contexte, demandes que nous entendons et respectons. Le processus de résiliation du contrat d’exposition a été engagé à la réception de sa demande, le 18 mai 2021.

Le Frac Lorraine reconnait sa part de responsabilité dans cette situation et regrette de ne pas avoir fourni à l’artiste les conditions nécessaires à l’existence de son travail politique et à l’instauration d’un climat de travail adéquat. Il regrette tout autant que les autres personnes impliquées dans ce projet, que ce soient les artistes ou des membres de l’équipe, aient, malgré eux et elles, été mis.es dans cette situation et parfois pris.es à partie individuellement.

En tant qu’institution blanche, européenne et majoritairement entendante, le Frac Lorraine est porteur de biais culturels. Nos réflexes intellectuels, et notre éducation pas encore rééduquée, nous amènent à perpétuer des modèles de domination structurels qui nous empêchent d’aller là où nous le souhaiterions. Mais nous pensons que cela peut et doit évoluer, et que même si nous ne nous débarrasserons jamais totalement de ces biais, cette zone de conflit interne doit être exposée pour pouvoir être redéfinie progressivement, de façon collective.

Le « contrat de confiance », ainsi nommé et rédigé par l’artiste, a pu être mis en œuvre sur la plupart des points. Pour ceux qui ne pouvaient pas être mis en place, un terrain d’entente a été trouvé. L’équipe s’est engagée tout entière, avec sérieux et détermination, dans la mise en œuvre de ces processus. Mais la pression des délais pour réaliser ces engagements nous a empêché.es de garder la souplesse nécessaire pour être des soutiens adaptés. N’étant pas dans la même intersectionnalité, la prise de conscience des difficultés qui allaient se présenter a été longue. L’institution n’est pas équipée pour contractualiser une demande de rémunération d’un travail se situant au-delà de la contribution artistique à un projet, et cette demande venue dans un second temps n’a pas pu être prise en compte suffisamment rapidement.

Nous devons nous rendre à l’évidence : travailler à la déconstruction des mécanismes perpétuant la domination comporte un risque réel de reproduire des situations de violence à l’encontre de personnes exclues de la normativité sociale, tout en créant en parallèle un sentiment d’impuissance et de culpabilité au sein des équipes qui portent ce travail.

D’autres manières d’agir nous paraissent aujourd’hui possibles :
– Changer de façon suffisamment adaptée les fonctionnements d’ensemble nécessite une préparation sur une autre temporalité que celle de l’exposition.
– L’éducation face au validisme ne peut pas être portée par une personne seule. L’institution culturelle a besoin, de son côté, de s’entourer de plusieurs regards extérieurs, l’accompagnant pour qu’elle puisse permettre à tous.tes de se sentir pris.es en compte et accueilli.es dans le respect des différences.
– Encourager les candidatures à des postes dans l’institution de personnes qui ne correspondent pas à la norme dominante, sans qu’elles soient réduites à leur minorité.
– Les budgets concernant la programmation, le soutien à la production, le travail avec les publics et le fonctionnement de l’équipe doivent être réévalués pour pouvoir mettre en place ces adaptations dans de bonnes conditions de travail pour tous.
– Créer des espaces dédiés, dans le travail au quotidien, permettant de réceptionner les émotions, gérer les aspects conflictuels et développer des stratégies visant à les résoudre.

En travaillant sur l’exposition actuelle, l’institution est entrée dans une zone de conflit qui existe de façon latente dans la société, et qui correspond à des années de préjudices causés de façon globale. En nous confrontant à ces phénomènes d’exclusion, les problèmes qui en découlent nous sont revenus en pleine face. Cette situation parle aujourd’hui de nous, mais elle est issue des modes opératoires fabriqués par notre culture et elle résonne donc avec la culture au sens large. Nous souhaitons poursuivre le chemin de façon responsable, en écoutant et en respectant les différences. Nous décidons de continuer cet apprentissage en nous engageant sur les points mentionnés ci-dessus, afin que la diversité ne soit pas réduite à des clichés ou à une attractivité ultra-libérale, et d’œuvrer contre les replis identitaires qui s’opèrent autour de nous.

Share
 CALENDRIER
 

  MAI 2021  

L M M J V S D
26 27 28 29 30 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31 1 2 3 4 5 6
 NEWS
 

Jusqu’au 15.08.21 → Expositions À plusieurs et Degrés Est : Aurélie de Heinzelin

 

Visite-atelier 6–11 ans le samedi 3 juillet à 15h

 

Réparation visible et collective le jeudi 1er juillet de 18h à 21h

 

Et Maintenant le vendredi 2 juillet de 20h à 23h